Evie, la nounou trans de Barak Obama

Barack Obama n'est pas le seul président des Etats-Unis à avoir eu une nounou, mais c'est sans doute le seul à avoir eu une nounou transgenre. Né homme, puis ayant vécu en femme, Turdi, qui se fait aussi appeler Evie, a aujourd'hui 66 ans et vit dans les rues de Jakarta. Il s'est occupé d'Obama pendant deux ans quand le président des Etats-Unis était enfant et vivait en Indonésie. C'est l'histoire que raconte Associated Press.

Né homme, Turdi raconte avoir toujours su qu'il était une femme. Battu par son père, victime de harcèlement, il abandonne l'école très tôt pour devenir cuisinier. En 1969, c'est lors d'un cocktail qu'il rencontre Ann Dunham, mère de Barack Obama, arrivée en Indonésie avec son deuxième mari Lolo Soetoro. Impressionnée par ses talent gastronomiques, Ann finit par lui offrir un poste de cuisinier à la maison familiale, et Turdi, alors âgé de 23 ans, devient vite le baby-sitter de Barack, «Barry», alors âgé de 8 ans. A l'époque, il reste homme le jour et s'habille en femme pour sortir le soir.

Turdi/Evie raconte que Barack n'a certainement jamais été au courant du fait qu'il était transgenre. «Il était tellement jeune, confie-t-il. Et je ne l'ai jamais laissé me voir avec des habits de femme. Mais il m'a vu quelques fois essayer le rouge à lèvres de sa mère. Ça le faisait mourir de rire.»

Elle survit dans la peur, dans un bidonville de Jakarta

Après le départ de la famille, au début des années 1970, les choses tournent mal pour Evie, qui ne retrouve pas de poste similaire et devient prostituée pour manger, avec toutes les craintes liées à son statut de transgenre.

«Les soldats du dictateur de l'époque, Suharto, raconte l'Australian Times, rassemblaient les transgenres pour les battre.» C'est comme ça qu'en 1985, après une course-poursuite avec la police, une de ses amies est retrouvée morte et défigurée. Evie décide alors, bien que toujours certain d'être une femme, qu'il ne veut plus supporter les violences et le harcèlement, il commence alors à vivre «comme un homme», sous son prénom d'homme, Turdi. «Je savais dans mon cœur que j'étais une femme, mais je ne voulais pas mourir comme ça», confie Evie.

Evie n'a appris le destin du petit Barry (Barzk) qu’en 2008 en lisant les journaux. Elle tente alors d’expliquer à son entourage, qui la croit folle, qu’elle a été la nounou du président des Etats-Unis. Ce n’est qu’en retrouvant une photo de la famille prise en Indonésie à l’époque et qu’ele arbore fièrement, que ses voisins de quartiers finissent par admettre.

Evie vit aujourd’hui dans la peur, dans un bidonville de Jakarta mais affirme haut et fort : « Maintenant, quand on me traite de déchet, je peux au moins dire: oui, mais j'ai été la nounou de Barack Obama!» Sollicité par l'AP, la Maison Blanche n'a fait aucun commentaire. (AD)


    

Elders op het web