Prostitution des loyers : logement contre sexe

« Loue appartement contre services intimes », « arrangement possible avec propriétaire », « chambre gratuite 10 m2 contre services », « jeune homme charmant hébergeant gratuitement  jeune fille ouverte d’esprit », « échange de bons procédés» ou encore « loyer offert contre service buccale une fois par semaine » ...  Un nouveau type de petites annonces immobilières a fait son apparition sur le Net.

Profitant honteusement de la crise du logement, certains propriétaires peu scrupuleux n'hésitent pas à proposer une colocation, un appartement gratuit ou un loyer réduit, en échange de faveurs sexuelles. Scandaleux, choquant, inacceptable ?

KIJIJI, VIVASTREET, MISSIVE, WANNONCE …. De plus en plus de sites internet « tolèrent » des annonces suggérant « sexe contre services rendus ». « Attention aux vendeurs qui peuvent tenter de vous tromper », préviennent certaines plateformes au-dessus et en dessous du formulaire de réponse. Mais les propriétaires le savent et évitent les phrases trop explicites du type « services sexuels ». Ils utilisent des expressions telles que «colocation contre petits services », « colocation avec personnes ouvertes d’esprit », « échange de bons procédés », et abusent des points de suspension. L’absence d’indication du montant du loyer ou la mention d’un arrangement possible peuvent servir d’indice pour les débusquer et les dénoncer aux « modérateurs » de ces plateformes qui se chargeront d’effacer l’annonce. Une traçabilité via l’adresse IP du pseudo permet de remonter vers l’annonceur. Plusieurs vidéos de mise en gardent, prises en caméra cachée, circulent également sur DAILYMOTION et autres réseaux de partage. Edifiant !!

Lees meer over:

Elders op het web