Intercommunales : récompense et copinage. Une député dénonce et démissionne

Elke Roex (Spa), députée au parlement bruxellois et présidente d'une intercommunale, Sibelgaz, qui gère l'électricité de cinq communes flamandes, a décidé de démissionner, peut-on lire sur le site de la RTBF. Le système de rémunération lui poserait un réel problème de conscience.

Président du conseil d'administration de Sibelgaz depuis 2007, Elke Roex se dit aujourd'hui « dégoutée » par un système qu’elle entend dénoncer. Selon la député, les administrateurs s’en mettrait plein les poches pour un minimum d’efforts.

Trois réunions d'un quart d'heure, au lieu d'une réunion de 45 minutes, cela permet évidemment de toucher 3 jetons de présences au lieu d'un. Sans compter, toujours selon Elke Roex les journées de travail organisées aux seules fin de se faire un bon repas dans un bon endroit. Et de citer ainsi par exemple, une réunion à la mer destinée à observer les éoliennes et leur importances dans l'évolution des recherches de nouvelles énergies. Ce jour-là, personne n'a vu la moindre éolienne puisque tout le monde est resté confortablement installé dans un restaurant de la côte.  

En fonction depuis 2007, Elke Roex explique pourquoi elle n'a pas démissionné plus tôt. « Dès le début j'ai été mal avec les sommes touchées. Ce n'est pas normal de toucher 16.000 euros pour 4 soirées par an. J'ai d'ailleurs créé une bourse d'étude pour étudiants avec cette somme. J'ai essayé de changer les choses là dedans. Puis à un moment donné ça a été trop et je ne pouvais plus être en accord avec moi-même ».

S’exprimant sir le fonctionnement des intercommunales, Elke Roex précise : « en fait les gens ne sont pas envoyés là par les partis pour poser des questions, ils sont là pour avoir des compensations de ne pas être bourgmestre ou échevin. C'est ce genre de politique qu'on ne peut plus mener dans des temps comme aujourd'hui. Des intercommunales ce n'est pas fait pour donner des compensations, ca ne peut plus être des machines à mandats. Ici, on doit gérer l'électricité des gens et c'est très important. On ne peut pas se permettre de continuer comme ça. »

La députée s.pa a ainsi tenté de partager ses impressions avec certains de ses collègues qui lui ont répondu assez clairement : « Elke, je n'ai pas été élu bourgmestre. Tu ne vas pas me prendre ce poste là en plus ».

Elke Roex dénonce ainsi ouvertement la politique de copinage ou de récompense au sein de certaines intercommunales. Espérons que son témoignage ne sera pas muselé  par ceux qui n’ont pas « intérêt » à ce que l’on en parle ! (AD)
 


    

Elders op het web